Actus

07/09/2015

Studieux...

posté à 09h02

...seront mon automne et mon hiver, car certains reprennent le chemin de l'école et moi celui de l'entrainement, sérieux, laborieux, besogneux, régulier, construit, raisonné...
Il est nécessaire, après une année tranquille, sans objectif, quasiment sans dossard, de reprendre et d'en passer par des fondamentaux, du classique, afin de retrouver des points de repères et des sensations.
Pour moi les fondamentaux, ce sont les champs de labour, la boue et les pointes de cross. Quoi de mieux pour s'aguerrir que de se faire une petite saison de cross ?? J'ai jamais trouvé mieux perso, alors c'est reparti pour un tour, et avec plaisir !
D'ici là, quelques courses sur route ou petits trails, pas encore bien définis pour "remettre les épingles sur un dossard" !!
Bien entendu, en marge d'une prépa axée sur la càp, je serais également plus que studieux en natation, ma rampe de lancement en triathlon et continuerais à travailler en vélo mais...en mode hivernal !!!
Bref du classique, du simple, pas de fioriture et c'est ça que j'aime !!!
De retour, et ça....ça fait du bien !!!

 


26/08/2015

Défi...

posté à 08h42

défi ? quoi ? t'as encore trouvé une course à la c.. à faire ?
Non non, même pas, juste un petit S tout simple (sprint pour les anciens, 750/20/5 pour les incultes...)...
Ben alors, c'est quoi le défi ? finir ? t'es tombé si bas que ça pour croire que finir un sprint est un vrai défi ?
Ouais mais là, je suis défié...mon propre fils, ma progéniture, mon sang, celui que j'ai formé, à qui j'ai transmis tant de conseils. Le fils veut tuer le père ?Il va obtenir une autorisation de surclassement pour pouvoir participer à un S et il veut me piler, me démonter, me tordre...

Vais pas me laisser faire, ça c'est sur !!!

Verdict, le 04 octobre à Noisy le Grand...

 


07/07/2015

Canicule, O'Rage !!

posté à 07h27

Petite pensée et coup de chapeau à plein de potes triathlètes qui ont plus que souffert ce week end en raison d'une météo très hostile : canicule à Francfort sur l'Ironman, orage et tempête à Gravelines sur les Frances de tri LD.
Certains n'ont pas terminé (c'est parfois plus raisonnable !), d'autres sont allé au bout, mais à quel prix, en tout cas au moyen d'un énorme courage.
Leurs objectifs n'ont pour la plupart pas été remplis (temps, place, slot...) et je sais quelle déception immense et quel sentiment de frustration cela procure...
Ca fait partie des parcours rarement linéaires des sportifs mais c'est toujours dur à encaisser.
Je ne doute pas que vous saurez rebondir, vous êtes tous à votre niveau des champions !

De mon côté, est ce que j'aurais eu une fois dans ma vie un flair de chien truffier ? Inscrit à Francfort il y a un an, j'avais transféré sur Barcelone...Inscrit aux Frances LD de Gravelines mais à court de forme pour cette distance, je ne me suis pas rendu sur place...
Je sais, ce n'est pas très courageux tout ça, mais j'ai au moins évité ces grosses galères !!!

Malgré tout, votre courage et votre abnégation me motivent et me permettent de retrouver progressivement de l'envie. Alors merci pour ces bons moments et surtout remettez vous bien !!

 


14/06/2015

J'ai accepté...

posté à 16h22

Il y a quelques mois, j'ai laissé mon(mes quelques) fidèles lecteurs dans un profond désarroi, limite dépressif en faisant mon "coming out" de ras le bol du sport, de mon "burnout"de l'effort.
Rassurez vous, la santé et le moral vont bien mais l'entrainement très léger a continué.
Entre réflexions personnelles, vie familiale prenante (surtout avec des gosses devenus encore plus accrocs que papa et maman...), vie professionnelle et j'en passe...
Alors, j'ai accepté. J'ai accepté que cette saison serait une saison sabbatique ou presque, que les compétitions seraient rares et justes faites avec plaisir et sans contrainte.
J'ai accepté d'arrêter de chercher en permanence des heures d'entrainement entre 2 réunions, de ne pas sortir en vélo ou à pied si je n'avais pas envie ou si la météo était trop dégueu.
J'ai accepté de ne pas me prendre pour un Dieu vivant, juste parce que je venais de m'enquiller 4 Ironmen en 15 mois dont 2 Hawaii.
Et j'ai surtout accepté que tout cela n'était que du loisir d'amateur et que rien n'en était si grave que ça.
Alors oui je m'entraine...car j'aime l'effort, mais je prends mon temps, je ne me "prépare pas pour une échéance !". Je fais ça comme j'ai envie, quand j'ai envie. Et ça me convient.
Et puis un jour, l'envie de compétition reviendra, l'envie de réenfiler un dossard, l'envie de me dépasser, l'envie de faire "des trucs de ouf..."
Tiens, j'ai déjà des petites idées qui germent pour l'année prochaine. Je vais les arroser pour voir si ça pousse et en attendant je vais continuer de prendre mon temps, continuer de profiter et continuer à cultiver mon jardin...

 


03/02/2015

Burnout

posté à 11h07

non non, pas le dernier jeu de bagnoles pour consoles mais bien l'état diagnostiqué de mon cerveau envers le sport en général et le triathlon en particulier...

Il faut bien un médecin du sport et un coach pour vous faire prendre le recul nécessaire afin d'admettre cet état, mais après réflexion, cela sonne comme une évidence...

Des petites douleurs permanentes depuis la reprise, plus ou moins intenses, un plaisir très moyen à l'entrainement, une volonté diminuée, une motivation moyenne...

En rapprochant cela du manque de motivation voire même du manque d'envie l'été dernier pour préparer et même me rendre à Hawaii, on peut dire qu'il n'y a pas de fumée sans feu.

J'ai sans doute minimisé l'impact de Nice, 3ème IM en un an. Certains en font beaucoup plus mais pour moi ça aurait dû être le dernier de la saison. Mais voilà, Hawaii était l'objectif de la saison, un engagement vis à vis du team UP2 et de ses partenaires. J'ai donc simplement tenu les engagements que j'ai pris envers des tiers mais aussi de moi-même.

Ce manque d'envie avant, la méforme que j'avais là-bas, et les difficultés à reprendre depuis sont donc bien des symptômes de surentrainement ou de burnout sportif.

Il était donc nécessaire de refaire un break, un vrai, une pure pause, avant que le corps me dise à sa manière qu'il fallait que je m'arrête : blessure importante ou autre.

J'espère que ce break de 2 semaines me fera retrouver sérénité, envie et motivation.

Cela pointe du doigt aussi la difficulté de gérer une saison de triathlon. Avec les systèmes d'inscriptions et surtout avec le monde qui s'inscrit très vite dès l'ouverture de celles-ci par l'organisateur, il faut parfois s'inscrire un an avant. C'est le cas des labels Ironman, des grosses courses courues et maintenant des courses plus petites, dites de préparation.
Comment envisager et gérer si longtemps à l'avance ? Impossible

Voilà ma news du jour...moins joyeuse que toutes les news qui fleurissent sur les blogs des athlètes mais il faut parler de tout ça aussi. Parce que ça existe et ça peut toucher tout le monde un jour ou l'autre !!!

Allez, la prochaine promis sera plus heureuse...

 




» Consulter les archives

RSS